AFRIQUE/ Etats africains et sous-développement : consolider les mêmes recettes qui ont échoué ?

Publié le 21 mars, 2017 0 Commentaire »
AFRIQUE/ Etats africains et sous-développement : consolider les mêmes recettes qui ont échoué ?

 

L’économiste Celso Furtado, dans des propos prophétiques, proclame, à l’attention de ces hommes qui oublient souvent le passé, que c’est par « des raccourcis saisissants et imprévisibles que le passé poursuit et rattrape le futur ». En Afrique, aujourd’hui, à l’heure des nouveaux défis (terrorisme et abandon de portions d’Etat, déréglementation et dérégulation à marche forcée, gabegies et dépenses somptuaires, pillages), le passé, qui n’a pas servi de leçon, a encore rattrapé le présent et le futur.

 

Résultat de recherche d'images pour "imf, lagarde, africa, lagarde in africa"

 

Les programmes d’ajustements structurels du Fonds monétaires international (FMI), malgré quelques amalgames et aspects négatifs (suppression indiscriminée des programmes sociaux, réduction des dépenses de santé publique, baisse des crédits affectés aux programmes éducatifs, etc.), ont eu le mérite d’aider à poser de façon extrêmement pertinente, quelques problèmes de fond liés au développement des pays africains :

_ la qualité de la gouvernance,

_ l’efficacité de l’Etat,

_ les programmes appropriés de lutte contre la pauvreté,

_ l’encadrement des dépenses publiques dans les limites des recettes budgétaires, etc.

 

Tous ces points éclairés et tous ces aspects porteurs de renouveau, qui doivent continuer de structurer les programmes de développement des pays africains, ont été vite oubliés. Et plus que jamais, les anciennes et mauvaises habitudes continuent, sous les yeux médusés des populations, trahies et méprisées.

 

Résultat de recherche d'images pour "mafia, caisse noire"

 

Le passé a encore rattrapé le présent et le futur et les pratiques de gabegies, de corruption, de détournements de denier public, de népotisme et de tribalisme, se consolident. Plus que jamais, prospèrent et se survivent : 

– les pillages et vols du patrimoine étatique,

– les mauvaises dépenses (alourdissement inconsidéré du train de vie de l’Etat, multiplication des missions surtout à l’extérieur, ouverture inconsidérée d’ambassades, entretien ou création de services publics sans intérêt et sans regarder les recettes budgétaires effectives),

-le mépris du développement local par des structures de proximité de nature étatique,

– l’oubli des programmes de développement au profit des populations (oubli favorisé quelquefois par la mauvaise santé du leader),

– le mauvais entretien des infrastructures publiques, etc.

 

Résultat de recherche d'images pour "africa, tears, crying"

 

Ici et là, les populations impuissantes, constatent, avec amertume :

_ la pulsion irrésistible au niveau de certaines administrations à précompter une partie des ressources des agents pour enrichir des structures dites sociales, en réalité des caisses noires,

_ la dissimulation d’une partie non négligeable des recettes publiques recouvrées,

_ les problèmes traditionnels d’efficacité des dépenses publiques (inconscience, corruption, détournements, prébendes, etc.),

_ l’utilisation des moyens de l’Etat à des fins privées et en toute impunité (exemples des véhicules de l’Etat utilisés pour aller à la mosquée, à l’église ou au village),

_ la création et la multiplication de nouvelles structures publiques de même nature, sans se soucier de l’efficacité des premières, avec pour souci de profiter indûment de ressources et prébendes,

_ les problèmes d’efficacité ou de rentabilité de certaines structures publiques ou parapubliques, du fait du choix népotiste des responsables,

_ la mauvaise qualité de la comptabilité publique, qui pervertit les procédures et dissimule des détournements, enrichissant des agents véreux et des hackers informaticiens internes mal contrôlés, etc.

 

Résultat de recherche d'images pour "african, development, new projects"

 

Ces mauvaises pratiques doivent impérativement cesser et les pays africains doivent pouvoir prendre des mesures allant dans ce sens :

  • rendre efficaces des structures inefficaces par des améliorations et des réformes appropriées,
  • supprimer des structures publiques inadaptées et budgétivores,
  • nommer les hauts responsables sur des bases saines, non ethniques et non politiques et éviter de pervertir au final des appels à candidature,
  • supprimer de nouvelles structures redondantes et inutiles en consolidant les premières par des mesures judicieuses,
  • créer s’il y a lieu des entités nouvelles plus proches des préoccupations des populations,
  • mettre fin aux dépenses de prestige,
  • mieux encadrer les dépenses de lutte contre la pauvreté,
  • ne pas oublier les promesses issues des campagnes électorales, etc.

 

Et c’est à ce prix-là que les pays africains pourront résolument s’engager dans le développement et le progrès pour tous… »

 

La rédaction/ sources et responsabilité :

www.paixetdeveloppement.net/

www.paixetdeveloppement.com/

www.paixetdeveloppement.org/

  

Résultat de recherche d'images pour "african, development, new projects"

Image associée

 

 

 

Avis des internautes

Autres articles à lire aussi