MONDE/ RUSSIE/ POLITIQUE NATIONALE ET ETRANGERE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : conférence de presse du Président de la Fédération de Russie

Publié le 17 décembre, 2015 0 Commentaire »
MONDE/ RUSSIE/ POLITIQUE NATIONALE ET ETRANGERE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : conférence de presse du Président de la Fédération de Russie

 

0.1 – « Russie : Vladimir Poutine a tenu ce jeudi sa conférence de presse annuelle en tenant des propos beaucoup plus conciliants à l’égard des Etats-Unis que l’année dernière. Un ton plus apaisé avec l’Ukraine aussi, mais en revanche, aucune amélioration dans les relations avec la Turquie. Lors de sa traditionnelle conférence, Vladimir Poutine a préféré insister sur les convergences entre Washington et Moscou sur le dossier syrien plutôt que sur les divergences. « Le projet de résolution proposé par les Américains nous convient dans l’ensemble », a t-il déclaré, ajoutant un peu plus tard : « Notre plan, aussi étrange que cela puisse paraitre, coïncide avec celui des Américains sur les points essentiels.» »

 

Afficher l'image d'origine

 

0.2 – « Russie/ Gazoduc South Stream : En ce qui concerne le projet de gazoduc South Stream, le président russe a accusé le gouvernement bulgare d’avoir privé son peuple de 3 milliards de dollars en renonçant à construire ce gazoduc sur son territoire. Néanmoins, avant d’entamer la construction de l’autre projet de gazoduc reliant l’Europe, Nord Stream 2, le président russe est persuadé qu’il faut recevoir des preuves écrites de Bruxelles autorisant sa construction. «Mais les partenaires européens de Gazprom ne se précipitent pas pour le faire», a conclu le président. »

 

Afficher l'image d'origine

 

0.3 – « Sur la Syrie et l’Etat islamique : Le président russe a affirmé que les frappes que mène l’aviation russe en Syrie depuis plusieurs mois « soutenaient » non seulement l’offensive de l’armée régulière, mais également celle de l’opposition qui combat l’organisation Etat islamique (EI). Et qu’elles se poursuivraient tant que l’armée syrienne poursuivrait les siennes. Il a assuré le soutien russe au projet américain d’une résolution au Conseil de sécurité de l’ONU, qui a pour but de frapper les ressources financières du groupe djihadiste. Il a cependant précisé que jamais Moscou n’accepterait « qu’on impose le départ d’un dirigeant », en référence à la position des Etats-Unis, qui demandent, comme la France, le départ de Bachar Al-Assad. D’une façon générale, Moscou veut améliorer ses relations bilatérales avec les Etats-Unis et sera prêt à travailler avec le successeur de Barack Obama, qui quittera la Maison Blanche à la fin de 2016. Récemment, à l’issue d’une rencontre avec le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, M. Poutine a confirmé sa participation à une réunion internationale sur la Syrie prévue vendredi. »

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

  

—————————————

 

Afficher l'image d'origine

 

1 – Conférence de presse du Président de la Fédération de Russie/grandes lignes   

 

Le 17 décembre, le président russe s’apprête à entamer son 11ème marathon annuel de questions-réponses avec des journalistes dont le nombre s’accroit chaque année. Les chiffres actuels impressionnent : 1 400 journalistes ont été accrédités.

  

_ Politique intérieure/ Boris Nemtsov : «Je ne connaissais pas personnellement Boris Nemtsov. Je n’ai jamais porté atteinte à nos relations mais il a choisi la voie de la lutte politique. Mais cela ne signifie pas qu’il faut tuer cette personne, je ne l’accepterai jamais», a souligné Vladimir Poutine.

  

_ Coalition de l’Arabie Saoudite contre le terrorisme : Un journaliste égyptien a aussi interrogé le président russe sur la création de la nouvelle coalition contre le terrorisme qui réunit 24 pays autour de l’Arabie saoudite. «Il est intéressant que l’Arabie saoudite a créé une coalition antiterroriste qui inclut presque les mêmes pays que la coalition occidentale menée par les Etats-Unis», lui a fait remarquer Vladimir Poutine.

  

_ Egypte/ Tourisme/ Terrorisme : Lors de sa conférence de presse, Vladimir Poutine a noté que «les force de l’ordre égyptiennes ne sont malheureusement pas capables de faire face à la menace du terrorisme. Quand nous aurons élaboré des méthodes de contrôle, nous reprendrons nos vols avec l’Egypte». Il a aussi dit que la Russie devait avoir ses représentants à toutes les étapes des vols, pour le chargement des bagages, la préparation des repas et aussi sur le sol égyptien pour garantir la sécurité.

 

 Afficher l'image d'origine

 

_ Gazoduc South Stream : En ce qui concerne le projet de gazoduc South Stream, le président russe a accusé le gouvernement bulgare d’avoir privé son peuple de 3 milliards de dollars en renonçant à construire ce gazoduc sur son territoire. Néanmoins, avant d’entamer la construction de l’autre projet de gazoduc reliant l’Europe, Nord Stream 2, le président russe est persuadé qu’il faut recevoir des preuves écrites de Bruxelles autorisant sa construction. «Mais les partenaires européens de Gazprom ne se précipitent pas pour le faire», a conclu le président.

A propos de l’information publiée par Reuters sur le fait qu’Ekaterina Tikhonova serait l’une de ses filles Vladimir Poutine a répondu qu’il ne voulait pas abordes les questions liées à sa famille.

 

_ FIFA/ Stepp Blatter : «Stepp Blatter a fait beaucoup pour le football mondial et pour la coopération entre les pays et les peuples, c’est pourquoi il a besoin de la reconnaissance la plus haute. Voilà à qui on doit donner le Prix de Nobel de Paix», a précisé le président russe. A une question sur le scandale de la FIFA, le président Poutine a déclaré qu’il ne s’était pas passé «sans intrigues de l’Occident». Néanmoins, «il faut attendre les résultats de l’investigation». Vladimir Poutine a notamment fait part de son indignation après le scandale de dopage qui secoué les athlètes russes, en précisant que si une personne avait besoin de médicaments, «il ferait mieux de changer les Jeux Olympiques contre les Jeux Paralympiques».

  

_ USA/ Elections présidentielles : A propos des futures élections présidentielles aux Etats-Unis, le président russe a précisé que «la Russie travaillera avec tous les présidents des Etats-Unis. Nous sommes ouverts».  «N’importe quelle personne qui recevra la confiance des Etats-Unis, peut compter sur le fait que nous travaillerons avec elle», a-t-il répondu à l’une des deux questions du correspondant de RT, Ilia Petrenko.

 

_ Turquie : En parlant du responsable de la détérioration des relations entre Moscou et Ankara, le président russe a souligné encore une fois que la nomination de Mikheïl Saakachvili au poste de gouverneur de la région d’Odessa était un «crachat au visage du peuple ukrainien», car par cette action on a montré que les Ukrainiens ne pouvaient pas résoudre leurs problèmes eux-mêmes. «Vous savez, Mikheïl Saakachvili n’a pas obtenu de visa de travail aux Etats-Unis. C’est pour ça qu’on lui a dit d’aller gouverner en Ukraine», a déclaré le président.

  

_ Ukraine : Trois années sont déjà passées depuis le changement de pouvoir à Tbilissi, mais les relations entre nos deux pays ne se sont pas réchauffées. «Ce n’est pas notre faute. Cette initiative n’était pas la nôtre, mais nous sommes prêts à reconstruire notre dialogue», a souligné le président.

 

RT/ 17 décembre 2015/ Source : Reuters

 

https://francais.rt.com/international/12286-vladimir-poutine-repond-journalistes

 

Afficher l'image d'origine

 

—————————————-

 

Afficher l'image d'origine

 

2 – Guerre en Syrie, Turquie et Ukraine… : Vladimir Poutine face à la presse mondiale

 

Le président russe, Vladimir Poutine, donnait, jeudi 17 décembre, sa 11e conférence de presse annuelle devant près de 1 400 journalistes russes et étrangers. Pendant plus de trois heures, il y a abordé de nombreux sujets, du rôle de la Russie dans la guerre en Syrie à la situation en Ukraine, en passant par l’état de l’économie et des libertés dans son pays.

 

Résultat de recherche d'images pour "russian army in syria, war, syria,  russian army in syria, 2014, 2015" Résultat de recherche d'images pour "russian army in syria, war, syria,  russian army in syria, 2014, 2015"

 

_ Sur la Syrie et l’Etat islamique

Le président russe a affirmé que les frappes que mène l’aviation russe en Syrie depuis plusieurs mois « soutenaient » non seulement l’offensive de l’armée régulière, mais également celle de l’opposition qui combat l’organisation Etat islamique (EI). Et qu’elles se poursuivraient tant que l’armée syrienne poursuivrait les siennes. Il a assuré le soutien russe au projet américain d’une résolution au Conseil de sécurité de l’ONU, qui a pour but de frapper les ressources financières du groupe djihadiste. Il a cependant précisé que jamais Moscou n’accepterait « qu’on impose le départ d’un dirigeant », en référence à la position des Etats-Unis, qui demandent, comme la France, le départ de Bachar Al-Assad.

D’une façon générale, Moscou veut améliorer ses relations bilatérales avec les Etats-Unis et sera prêt à travailler avec le successeur de Barack Obama, qui quittera la Maison Blanche à la fin de 2016. Récemment, à l’issue d’une rencontre avec le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, M. Poutine a confirmé sa participation à une réunion internationale sur la Syrie prévue vendredi.

 

 

_ Sur la Turquie

« Les actes du pouvoir turc concernant notre avion qu’ils ont abattu n’étaient pas bienveillants mais hostiles », a-t-il dit en référence aux F-16 turcs qui ont abattu un Soukhoï-24 le 24 novembre alors qu’il survolait la frontière turco-syrienne. L’un des pilotes de l’appareil avait été tué ainsi qu’un autre soldat russe lors d’une opération pour récupérer l’équipage.

 Qualifiant ces faits de nouveau de « coup de poignard dans le dos », Vladimir Poutine a dit « ne pas voir de perspectives (d’amélioration) au niveau gouvernemental » pour les relations russo-turques : « Ils ont tiré sur notre avion, des gens ont été tués. Voilà ce qui m’a vraiment révolté : si c’était vraiment un accident, comme l’a dit le gouvernement turc (…), on prend son téléphone tout de suite et on s’explique. » M. Poutine a accusé la Turquie de « s’être cachée derrière l’OTAN », dont elle est membre, et d’avoir abattu l’avion militaire pour que la Russie « fuie » la Syrie, où elle mène des frappes aériennes depuis le 30 septembre.

 

Afficher l'image d'origine

 

_ Sur l’Ukraine

« La Russie n’a jamais dit qu’il n’y avait pas de Russes en Ukraine accomplissant certaines tâches militaires. » Le président russe a cependant répété qu’il n’y avait pas de troupes régulières dans l’est de l’Ukraine et qu’il ne comptait pas « introduire de quelconques sanctions contre l’Ukraine ». Près de deux ans après le déclenchement de la guerre, M. Poutine a souligné que la Russie n’avait aucun intérêt à ce que la situation se dégrade davantage et qu’il voulait une solution, mais pas aux dépens de la population russophone de l’Est ukrainien. « Nous ne voulons pas d’une aggravation du conflit. Nous voulons que le conflit cesse aussi vite que possible, mais pas par l’anéantissement de gens dans l’est de l’Ukraine. »

Selon l’ONU, le nombre de victimes depuis le début de la guerre, en avril 2014, s’établit à au moins 9 098 morts et 20 732 blessés. Ce chiffre inclut des civils, des membres des forces armées et des membres de groupes armés.

 

Le Monde | 17.12.2015 à 10h17 • Mis à jour le 17.12.2015 à 13h40

 

http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/12/17/a-suivre-en-direct-vladimir-poutine-s-adresse-a-la-presse-russe-et-internationale_4833825_3214.html

  

Afficher l'image d'origine

 

————————————————–

  

Afficher l'image d'origine

  

3 – Grande conférence de presse de Vladimir Poutine

 

La conférence a duré environ 3 heures 10 minutes. Le chef de l’Etat russe a répondu à 47 questions de 32 journalistes dont 27 correspondants russes et 5 étrangers. 1.400 journalistes, un nombre record, couvrent l’événement. Quand le président quittait la salle, les journalistes lui ont demandé s’il savait qu’il avait un sosie. “Quel sosie ? Je n’en ai pas. Et pourquoi j’en aurais un ?” a répondu M. Poutine. Les journalistes lui ont remis une photo d’un homme qui ressemble beaucoup au président. Vladimir Poutine a souris, a pris la photo et a quitté la salle.

  

3.1 – Armée russe : La Russie continuera à développer sa flotte, notamment à Sébastopol (Crimée). Sébastopol joue un rôle plus important du point de vue militaire et naval que Vladivostok ou le Kamtchatka qui abrite notre deuxième flotte sous-marine dotée d’armes nucléaires. Nous avons beaucoup fait pour conserver la base de Sébastopol et nous œuvrerons pour son développement.

  

3.2 – La Russie ne considère pas la Turquie comme un Etat hostile. Ils ont commis un acte hostile à l’égard de notre aviation, mais je ne dirais pas que nous considérons la Turquie comme un Etat hostile. Nos relations se sont détériorées, je ne sais pas comment nous sortirons de cette situation. En tout cas, la balle est dans leur camp.

  

3.3 – Coalition menée par l’Arabie saoudite : pour lutter contre le terrorisme il faut unir les efforts, pas disperser les possibilités existantes :  “J’espère que nous mettrons en place des règles communes d’utilisation des armements”. Poutine “ne comprend pas bien” la nécessité d’une nouvelle coalition contre Daech, alors qu’il existe déjà une alliance menée par les USA, et que cela suppose certaines contradictions.

  

3.4 – Liaisons aériennes avec l’Egypte : rien de politique, seule la sécurité des Russes est entrée en ligne de compte dans cette décision. Le président égyptien a montré son courage personnel dans la lutte contre le terrorisme.

  

3.5 – Ukraine/ Russie : Poutine pas convaincu par le besoin de mettre fin au transit par l’Ukraine. Poutine sur le transit gazier: nous sommes prêts à travailler avec les Ukrainiens de la même façon qu’avec les partenaires de Nord Stream.

  

3.6 – Abandon du projet South Stream : Poutine étonné par la position du gouvernement bulgare, qui contredit les intérêts du pays. Je suis étonné par la position des dirigeants bulgares qui ont agi contrairement aux intérêts nationaux de leur pays (…). Nous avons lancé ce projet pour aider la Bulgarie, mais s’ils ne le veulent pas, nous y renonçons.

  

3.7 – Poutine interrogé au sujet de ses filles : “Elles vivent simplement leur vie et le font de manière très digne”. Elles vivent en Russie et étudient exclusivement dans des universités russes, elles ne font pas de business ni de politique. M. Poutine a refusé de dévoiler à quoi elles se dédient: “Elles vivent simplement leur vie et le font de manière très digne”.

  

3.8 – Age de la retraite/ Russie : Selon Poutine, pas d’augmentation de l’âge de la retraite pour le moment. L’augmentation de l’âge de la retraite n’est pas pour demain. Ce processus ne sera pas rapide. Un jour nous relèverons l’âge de la retraite, mais aucune décision concernant la date n’a été prise.

 

Afficher l'image d'origine

 

3.9 – Sport/ Poutine/ Question personnelle : “Vous êtes dans une forme sportive parfaite”, plaisante un journaliste. “Et sans dopage, je le souligne”, a répondu le président.

  

3.10 – FIFA/ Russie/ Mondial 2018 : Nous savons à 100% que nous avons obtenu l’organisation de la Coupe du monde dans une lutte honnête. Je ne suis même pas allé à la procédure de vote (sur le pays hôte de la Coupe du monde 2018). Je m’y suis rendu après le vote pour ne pas m’y ingérer et n’exercer aucune pression. Et nous ne pouvions pas y exercer aucune pression.

  

3.11 – Poutine/ Blatter mérite le prix Nobel de la Paix

Poutine : Blatter est un homme respecté, son apport à la sphère culturelle est colossal. Il utilisait le football comme un élément de coopération, c’est pourquoi il mérite de le Nobel de la Paix.

  

3.12 – Russie/ USA : La Russie veut développer les relations avec les USA, quel que soit le prochain président. Rencontre avec John Kerry: les USA sont disposés à avancer vers la résolution commune des questions internationales, Moscou soutient une telle position.

  

3.13 – Russie/ Privatisation des grandes compagnies publiques : Les autorités poursuivront le travail de privatisation des grandes compagnies publiques, notamment de Rosneft et Aeroflot en 2017, afin de ne pas assécher les réserves.

  

3.14 – Poutine/ Question personnelle : l’étude des langues étrangères est la meilleure gymnastique pour l’esprit. La Russie promouvra l’ouverture et l’apprentissage des langues dans le pays.

 

 Afficher l'image d'origine

 

3.15 – Relations avec la Géorgie : Ce n’est pas nous qui avons détruit ces relations, mais nous sommes prêts à les rétablir. “Nous sommes prêts à annuler les visas avec la Géorgie”.

  

3.16 – Saakachvili nommé chef de région en Ukraine : “Un crachat au visage du peuple ukrainien”.

  

3.17 – Mode d’emploi : comment prouver sa nationalité à l’aide d’eau minérale

Une “vidéo honteuse” de querelle entre Mikhaïl Saakachvili et le ministre ukrainien de l’Intérieur Arsen Avakov qui essayaient de se prouver qui était le moins corrompu et le plus ukrainien a fuité sur le net. Suite à cette querelle, les Ukrainiens ironisent sans cesse sur l’eau Morchanska, dont M. Saakachvili a reçu un verre à la figure.

  

3.18 – Syrie/Russie/impact budgétaire : L’opération russe en Syrie ne représente pas un fardeau sérieux pour le budget.

La Russie n’a pas commencé une guerre en Syrie, elle mène des opérations distinctes, qui ne représentent pas un fardeau sérieux pour le budget. La Russie utilise les fonds destinés à la réalisation d’exercices militaires pour l’opération en Syrie.

 

 Afficher l'image d'origine

 

3.19 – Ukraine/ Russie/ Crise : Poutine accuse Kiev de s’adonner à des manipulations dans la réalisation des accords de Minsk.

. Ukraine :”Nous voulons que ce conflit soit résolu au plus vite. Mais pas par la liquidation des gens dans le sud-est de l’Ukraine”.

. “Nous prévoyons une dégradation des relations économiques avec l’Ukraine à partir du 1er janvier 2016”

. L’accord sur la zone de libre-échange avec l’Ukraine suspendu à partir de 2016 : Le président russe Vladimir Poutine a signé un décret sur la suspension de l’accord sur la zone de libre-échange avec l’Ukraine à partir du 1er janvier 2016, annonce le site officiel des informations sur la législation.

. Moscou s’est efforcé de conserver des liens économiques avec l’Ukraine. L’Ukraine n’aura plus de préférences ou de rabais à partir du 1er janvier 2016, ce sera un partenaire comme les autres. Nous nous sommes battus pour éviter cela, sans succès.

  

3.20 – Ukraine/ Russie/ Crise :

. Les échanges de prisonniers entre Kiev et le Donbass doivent se faire selon la formule “tous contre tous”, et pas au cas par cas

. Poutine : pas de troupes régulières russes en Ukraine : Ukraine: “Nous n’avons jamais dit qu’il n’y avait pas en Ukraine de personnes chargées de questions militaires, mais cela ne signifie pas qu’il y ait des troupes régulières russes en Ukraine”.

  

3.21 – Syrie/ Crise syrienne/ Russie :

. Poutine pas convaincu que la Russie ait besoin d’une base permanente en Syrie

. La Russie pourrait être déployée en Syrie de manière temporaire. Le pays peut atteindre ses objectifs en Syrie même en l’absence de base.

. Nous les soutiendrons jusqu’au lancement du processus politique.

. Poutine : “Nous ne serons pas plus syriens que les Syriens”.

. La Russie poursuivra l’opération aérienne et soutiendra l’offensive de l’armée syrienne, tout en maintenant des contacts avec l’opposition syrienne combattant Daech.

. “Nous soutenons dans l’ensemble l’initiative US concernant la préparation d’une résolution du Conseil de sécurité sur la Syrie”.

. La position de la Russie inchangée suite à la visite de John Kerry à Moscou. Seul le peuple syrien doit décider.

. “Seul le peuple syrien doit décider qui peut le diriger et selon quelles règles”. Concernant le sort d’Assad: “Jamais nous n’accepterons qu’un acteur extérieur dicte quoi que ce soit”.

  

Résultat de recherche d'images pour "turkey russia relations 2014, 2015" Résultat de recherche d'images pour "turkey russia relations, syria, 2015"

 

3.22 – Turquie/ Russie/ Syrie :

. L’islamisation rampante de la Turquie se reflète sur la sécurité de la Russie, des terroristes se soignent et se reposent dans ce pays.

. Les relations avec Ankara sont quasi-impossibles au niveau intergouvernemental, mais elles se poursuivront au niveau culturel.

. Incident aérien : Poutine n’exclut pas qu’un représentant de la direction turque ait voulu “lécher les Américains à un endroit”.

Détérioration des relations avec la Turquie: Ankara a voulu montrer aux USA et à l’UE que les Turcs étaient “leurs amis islamistes”.

. La contrebande de pétrole au Proche-Orient a atteint une échelle industrielle.

Daech protège le trafic et les intérêts économiques potentiels d’une tierce partie dans la région.

. Systèmes russes S-400 en Syrie: “qu’ils essaient” de violer l’espace aérien syrien comme ils le faisaient auparavant.

. Y a-t-il une tierce partie dans le conflit syrien? “Je ne sais pas”.

. Au sommet du G20, Ankara a proposé à Moscou des idées ne s’inscrivant pas dans le droit international concernant les questions préoccupant la Turquie.

. Avion abattu: “Les actions des autorités turques ont été l’acte d’un ennemi”.

“Si c’était un accident, il fallait s’expliquer. Au lieu de cela, ils ont accouru à Bruxelles pour se couvrir grâce à l’Otan”.

 

 

Résultat de recherche d'images pour "russian advanced industries exhibition" Résultat de recherche d'images pour "russian advanced industries exhibition"

 

3.23 – Russie/ Politique intérieure/ Gouvernance/ Economie :

. Question : Etes-vous satisfait du travail du gouvernement en temps de crise ? Faut-il remanier le gouvernement : Aucun remaniement, du moins d’importance, n’est prévu dans un avenir proche. “J’accorde de l’importance aux gens et je considère que les ‘chaises musicales’ gênent le travail”.

. Poutine : “Je soutiens la politique de la Banque centrale et du gouvernement visant à assurer la stabilité macroéconomique”.

. Réduction des taux de la Banque centrale russe: “Cela ne doit pas être fait par le canal administratif, il faut prendre en compte les réalités économiques”. La Banque centrale assure le bon fonctionnement de l’ensemble du système monétaire et financier du pays.

. Le gouvernement table sur une croissance de 0,7% en 2016, 1,9% en 2017, et 2,4% en 2018.

. Les autorités russes tiendront tous leurs engagements dans la sphère sociale.

. D’ici la fin de l’année 2015, le déficit du budget sera inférieur à 3% du PIB, à 2,8-2,9%.

. La réduction de la dette extérieure de la Russie est un aspect positif des sanctions occidentales.

. La Russie respecte l’intégrité de ses engagements envers les organisations de crédit internationales.

. Economie : A la fin de l’année, la croissance russe atteindra 0,3%. La croissance de la production industrielle sera de 0,2% en moyenne.

 

. L’économie russe affiche des signes de stabilisation depuis le 2e trimestre 2015

L’économie russe a franchi l’apogée de la crise. Les investisseurs qui connaissent les réalités de l’économie russe sont intéressés par le travail en Russie. Les volumes physiques des échanges ont augmenté, malgré la baisse de leur valeur.

​. Chute du pétrole : Poutine reconnaît la nécessité de corriger le budget 2016

En 2014, “nous nous basions nos prévisions sur un baril de pétrole à 100 dollars”.

“A la fin de l’année, nous avons dû refaire nos calculs suite à la division par deux des cours du pétrole (…) et nous devrons apporter des corrections” dans le budget 2016.

Sputnik/ Russie/ 17.12.2015/ Mis à jour : 17.12.2015

 

http://fr.sputniknews.com/russie/20151217/1020343993/poutine-conference-de-presse-2015.html

 

Afficher l'image d'origine

 

————————————————-

 

Afficher l'image d'origine

  

4 – Devant la presse, Poutine joue l’apaisement avec Washington

 

Vladimir Poutine a tenu ce jeudi sa conférence de presse annuelle en tenant des propos beaucoup plus conciliants à l’égard des Etats-Unis que l’année dernière. Un ton plus apaisé avec l’Ukraine aussi, mais en revanche, aucune amélioration dans les relations avec la Turquie. Lors de sa traditionnelle conférence, Vladimir Poutine a préféré insister sur les convergences entre Washington et Moscou sur le dossier syrien plutôt que sur les divergences. « Le projet de résolution proposé par les Américains nous convient dans l’ensemble », a t-il déclaré, ajoutant un peu plus tard : « Notre plan, aussi étrange que cela puisse paraitre, coïncide avec celui des Américains sur les points essentiels. »

 

map of Russian and US-led air strikes in Syria

 

_ La Turquie critiquée

Le président russe a même fait passer un message à l’adresse du président syrien : « J’espère que cela conviendra à Bachar el-Assad, quand on veut résoudre un conflit qui dure depuis des années, il faut savoir faire des concessions. » Le président russe s’est aussi refusé à mettre en cause les Américains dans la crise actuelle entre la Turquie et la Russie. La Turquie pour laquelle il a, à nouveau, eu des mots très durs, estimant que le tir sur le bombardier russe n’était pas un acte « inamical, mais un acte hostile ». Et le chef du Kremlin d’ajouter : « Avec les autorités actuelles, je ne vois pas de perspectives. »

Quant aux relations avec Kiev, « La Russie n’a, a-t-il dit, aucun intérêt à une détérioration du conflit dans le Donbass », et Moscou n’a pas l’intention d’imposer des sanctions à l’Ukraine, en plus de la suspension de l’accord de libre-échange.

 

Par RFI / Publié le 17-12-2015/ Modifié le 17-12-2015/ Murielle Pomponne

 

http://www.rfi.fr/europe/20151217-devant-presse-poutine-joue-apaisement-washington

 

Afficher l'image d'origine

 

————————————————–

 

Afficher l'image d'origine  

  

5 – Moderne et efficace : l’armée russe montre son nouveau visage en Syrie

 

La participation de la Russie à la lutte contre Daech en Syrie n’a pas seulement semé la panique parmi les djihadistes: elle a montré au reste du monde les capacités actuelles de l’armée russe. Lors de son opération militaire aérienne en Syrie, la Russie a démontré les résultats de la professionnalisation de ses forces armées, estime la revue The National Interest. “Les sanctions ont permis à la Russie de réduire considérablement l’écart avec les forces armées modernes des autres pays. Il faut rejeter le mythe selon laquelle la Russie raserait les villes syriennes, car le président russe est intéressée à créer l’image d’une armée russe moderne et technologiquement avancée”, annonce le chroniqueur de l’édition, Blake Franco. En outre, M.Franco indique que la Russie entreprend des mesures axées uniquement sur le soutien de l’armée syrienne, qui subissait des pertes dans la guerre civile depuis quatre ans jusqu’à l’implication des forces russes.

 

La Russie n’a pas uniquement affirmé l’efficacité de ses armes lors de manœuvres impliquant 90.000 militaires, face auxquels les exercices militaires occidentaux font pâle figure. Les actions militaires russes en Syrie permettent aux pilotes d’acquérir une expérience inestimable, précise le chroniqueur. Selon The National Interest, les frappes russes à l’aide de missiles représentent une des preuves les plus éloquentes de la modernisation en cours de l’armée russe. Ainsi, la Russie a envoyé au large de Lattaquié le croiseur lance-missiles Moskva, équipé d’un système de défense surface-air “Fort”, équivalent au système S-300. D’après The National Interest, “le système dissuasif S-300 est une menace mortelle pour les chasseurs ordinaires tels que les F-15 et F-16”.

 

De plus, la Russie a déployé un système de défense antiaérien mobile S-400 Triumph (code Otan: SA-21 Growler) qui est “encore plus redoutable”, rapporte NI. Ce système permet d’atteindre des cibles à grande portée sur le territoire turc. Le tir de missiles de croisière Kalibr, nouvelle arme de grande précision et efficacité, contre les positions de l’EI, a récemment été effectué pour la première fois depuis le sous-marin Rostov-sur-le-Don en Méditerranée. 

 

Sputnik/ 11.12.2015/ Mis à jour le 11.12.2015/

 

http://fr.sputniknews.com/defense/20151211/1020201118/syrie-armee-russe-modernite.html

 

Afficher l'image d'origine

 

————————————-

 

Afficher l'image d'origine 

  

6 – Poutine : moderniser la triade nucléaire et la DCA russes

 

Le rééquipement de l’armée et de la flotte russe doit être poursuivi, a déclaré ce vendredi le président russe lors du collège du ministère russe de la Défense. Le ministère russe de la Défense et les autres ministères doivent surveiller la situation militaro-politique dans le monde et faire des changements ad hoc en matière de défense nationale, a déclaré M. Poutine. Selon Vladimir Poutine, il faut prêter une attention particulière au renforcement et à l’amélioration de l’efficacité des forces nucléaires stratégiques russes. Pour sa part, le ministère russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a indiqué que “plus de 95% des rampes de lancement des forces nucléaires stratégiques russes sont constamment en état d’alerte” et “peuvent assurer avec toutes les garanties la dissuasion”.

 

“La part des armements modernes représente 51% des forces nucléaires stratégiques terrestres”, a précisé  M.Choïgou. 35 nouveaux missiles balistiques ont été livrés aux forces armées russes en 2015, ce qui a permis d’équiper la triade nucléaire russe à 55% de matériels modernes, a annoncé Sergueï Choïgou.mements modernes représente 51% des forces nucléaires stratégiques terrestres”, a précisé M.Choïgou. Il est à noter, que la triade nucléaire comprend des troupes des missiles stratégiques russes (RVSN), de l’aviation stratégique et des sous-marins porte-engins. Selon le ministre, les forces polyvalentes ont atteint un niveau qualitatif inédit.

 

Dans le cadre de la commande militaire publique, le ministère de la Défense a reçu 243 aéronefs, 90 systèmes et complexes de missiles sol-air et 208 radars, a-t-il précisé. L’aviation sans pilote a fait une percée, selon lui. L’expérience des missions en Syrie a montré que ce type d’avions est irremplaçable au cours des hostilités. Si en 2011, les forces armées russes n’en avaient que 180, aujourd’hui, elles possèdent 1.720 drones. Les forces aériennes stratégiques nucléaires, a ajouté le ministre, ont reçu en 2015 10 avions modernisés, dont deux Tu-160, trois Tu-95MS et cinq Tu-22MZ.

En outre, la puissance de combat des forces stratégiques nucléaires navales s’est aussi renforcée. Deux croiseurs sous-marins stratégiques, “Alexandre Nevski” et “Vladimir Monomaque”, sont en état d’alerte permanente. Sept navires, deux sous-marins et le premier système de missiles sol-air Bouk-M3 complèteront la marine russe en 2016, a ajouté M. Choïgou.

 

Sputnik/ 11.12.2015/ Mis à jour 11.12.2015

 

http://fr.sputniknews.com/international/20151211/1020202497/russie-defense.html

 

Afficher l'image d'origine

 

—————————————

 

Afficher l'image d'origine 

  

7 – Syrie : Poutine évoque une nouvelle Constitution

 

Les Syriens doivent commencer à travailler à la rédaction d’une nouvelle Constitution pour faciliter la recherche d’une solution politique au conflit, estime le président russe Vladimir Poutine, qui reconnaît cependant que le processus s’annonce compliqué. “Je crois qu’il est nécessaire d’aller vers une réforme constitutionnelle. C’est un processus compliqué, bien sûr. Et ensuite, sur la base de la nouvelle Constitution, (la Syrie devrait) organiser des élections présidentielle et législatives anticipées”, dit le président russe dans cet entretien à Bild réalisé le 5 janvier.

 

Accusé par les Occidentaux de concentrer ses frappes contre l’opposition syrienne, et non contre l’organisation djihadiste État islamique (EI) qu’il prétend combattre, Vladimir Poutine redit que Moscou entend soutenir militairement les groupes rebelles qui luttent contre l’EI. “Vous parlez d’Assad comme notre allié. Savez-vous que nous soutenons les actions de l’opposition armée qui combat l’État islamique ? Nous coordonnons nos actions avec eux et nous soutenons leurs offensives avec des frappes aériennes”, affirme le président russe. “Je parle de centaines, de milliers d’hommes qui combattent l’Etat islamique… Certains en ont déjà parlé publiquement, d’autres préfèrent garder le silence”, ajoute-t-il, selon le script de l’entretien.

Vladimir Poutine avait déjà fait de telles déclarations en fin d’année dernière mais il avait été contredit par des responsables russes qui avaient nié que Moscou soutienne militairement les mouvements d’opposition évoqués par leur président.

 

Par Lefigaro.fr avec Reuters/ Mis à jour le 12/01/2016/ Publié le 12/01/2016  

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/01/12/97001-20160112FILWWW00020-syrie-poutine-evoque-une-nouvelle-constitution.php

 

Afficher l'image d'origine

 

—————————————

 

Afficher l'image d'origine 

 

8 – Poutine : “Les sanctions économiques ne sont qu’un théâtre d’absurdité”

 

Lors d’une interview en forme de bilan 2015 au quotidien allemand Bild, Vladimir Poutine évoque la politique internationale, le terrorisme mondial et les dissensions entre l’occident et la Russie, souvent accompagnées de sanctions à l’encontre du pays de Dostoïevski. Vladimir Poutine a choisit la presse allemande, en accordant un entretien au journal allemand Bild, pour exprimé son point de vue à l’occident sur les grands sujets internationaux en ce début d’année 2016.

 

Résultat de recherche d'images pour "économie, Relations Occident Russie 2014, 2015" Résultat de recherche d'images pour "Relations Occident Russie 2014, 2015"

 

_ Relations Occident Russie

“ Chaque fois que quelqu’un est en désaccord avec notre position, ce n’est pas la meilleure attitude que de nous déclarer ennemis ” A bon entendeur occidental, salut ! Avec cette phrase, le président russe continue dans sa lignée provocatrice envers les grandes puissances occidentales et veut se positionner en chef d’état souverainiste intransigeant sur les intérêts de son pays.

Il étend également son propos avec un “j’accuse” à peine déguisé contre les Etats-Unis : “ C’est par ailleurs un fait évident à nos yeux, que le terrorisme international est également utilisé contre la Russie, alors que tout le monde ferme les yeux sur ce fait ou fournit un soutien aux terroristes. Je fais référence au soutien politique, informationnel, financier, ou même armé dans certains cas, fourni à ceux qui luttent contre l’Etat russe. Véritablement, nous avons réalisé à ce moment-là, que les discussions et les intérêts géopolitiques étaient deux chose complètement différentes ”.

 

Afficher l'image d'origine

 

_ Économie russe

Pour Vladimir Poutine, “les sanctions économiques imposées par l’occident ne sont qu’un théâtre d’absurdité ” car elles seraient pénalisantes pour tout le monde signifie-t’il en évoquant l’exemple de l’Ukraine : “Les sanctions occidentales ne visent pas à aider l’Ukraine mais leurs but est de repousser la Russie en arrière. Elles sont bizarres et aggravent la situation dans tous les pays. ” Y compris la Russie.  Et les difficultés de l’industrie pétro-gazière dues à l’infléchissement du prix des matières fossiles mais évoque l’économie qui se stabilise et met les points positifs en avant : “La balance commerciale est positive. Pour la première fois lors depuis plusieurs années, la Russie exporte plus de produits à forte valeur ajoutée et nous avons plus de 300 milliards de dollars de réserves d’or ”

 

Résultat de recherche d'images pour "ukraine, russian gas and energy, for europe, 2014, 2015" Résultat de recherche d'images pour "ukraine, russia, 2014, 2015"

 

_ Situation en Ukraine

En ce qui concerne l’Ukraine : “Il n’y a pas eu de guerre, aucun tir et pas une seule personne tué. Nos soldats ont simplement empêché l’armée Ukrainienne en Crimée d’entraver la liberté d’expression là-bas. Lors du référendum, qui n’a pas été adopté par l’ancien parlement de Crimée, la majorité des citoyens ont voté pour l’appartenance de la région à la Russie. Voilà la démocratie, la volonté du peuple !” Pour Vladimir Poutine, il n’y a pas eu annexion mais “réunification de la Russie”. 

 

Par Rédaction de France Info/ Lundi 11 janvier 2016/

 

http://www.franceinfo.fr/actu/monde/article/poutine-2016-fidele-poutine-2015-757619

 

Afficher l'image d'origine 

 

————————————-

 

Afficher l'image d'origine 

  

9 – Russie / Poutine annonce la création du médicament le plus efficace contre Ebola

 

Les spécialistes russes ont créé un médicament qui permet de combattre efficacement le virus Ebola. La Russie a fait enregistrer un médicament contre la fièvre hémorragique Ebola, a annoncé mercredi le président russe Vladimir Poutine lors d’une rencontre avec les membres du gouvernement. “J’ai une bonne nouvelle à vous annoncer, et je demanderai au ministre de la Santé d’en parler en détail. Nous avons fait enregistrer un médicament contre la maladie à virus Ebola. Lors des tests, ce médicament s’est avéré très efficace, plus efficace même que les médicaments similaires utilisés actuellement dans le monde”, a déclaré le chef de l’Etat.

  

Lors d’une réunion du Conseil de sécurité russe tenue en octobre 2015, Vladimir Poutine avait demandé de réduire au minimum les risques de propagation des infections les plus graves et d’empêcher leur pénétration en Russie depuis les pays limitrophes. Après avoir rappelé que des épidémies de maladies infectieuses étaient régulièrement enregistrées dans différentes régions du monde, le président russe avait cité à titre d’exemple la récente flambée de la fièvre hémorragique Ebola dont le bilan avait dépassé les 12.000 morts.

En novembre dernier, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a annoncé l’extinction de l’épidémie provoquée par le virus Ebola en Sierra Leone. Cette épidémie avait débuté en février 2014 en Guinée avant de se propager au Liberia, à la Sierra Leone, au Nigeria, au Sénégal et au Mali. Des cas d’Ebola ont également été enregistrés en Europe et aux Etats-Unis. Plus de 30.000 personnes ont contracté ce virus, dont plus de 12.000 sont décédées.

 

13.01.2016/ Mis à jour 13.01.2016

 
http://fr.sputniknews.com/international/20160113/1020912642/la-russie-cree-un-medicament-contre-ebola.html

 

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

 

—————————————–

 

Afficher l'image d'origine

 

10 – «La Russie dépasse l’Otan grâce à la modernisation» de son armée

 

Le général Hans Lotar Domrese est persuadé que la balance des forces a penché en faveur de la Russie grâce à une modernisation constante de l’équipement militaire. La Russie dépasse l’Otan dans le domaine militaire, estime le général de l’alliance Hans Lotar Domrese. La haute capacité de combat, la maniabilité et la puissance des forces armées russes liés à la modernisation constante du matériel militaire, ceci a été rendu possible grâce à l’utilisation de l’électronique et de l’ingénierie russe, lit-on dans le journal autrichien Contra Magazin.

 

«Nous avons constaté que depuis que Vladimir Poutine a été élu président pour la deuxième fois, la Russie a activement investi et que les forces armées russes sont déjà très modernes, mobiles, prêtes à combattre sans parler de leur grand nombre», a déclaré M. Domrese. Les effectifs de l’Otan en revanche ont diminué de 25% au cours de ces 25 dernières années. Pour réorganiser la balance des forces le général conseille d’entamer des négociations sur le désarmement entre la Russie et l’Otan, rapporte Contra Magazin.

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

 

Les pays occidentaux sont impressionnés par le grand nombre d’opérations militaires et par la grande précision des frappes aériennes russes. Parallèlement aux avions de bombardement Su-24 mis en service en 1974, la Russie se sert de missiles de croisière lancés à partir de la mer Caspienne. Dans un même temps, la Russie continue à perfectionner son matériel militaire, souligne l’auteur de l’article. Par exemple, le chasseur russe Sukhoi T-50 PAK-FA sera équipé d’un «radar futuriste».

Le journal rappelle qu’en avril 2014, le bombardier russe Su-24 doté d’un système de brouillage de radars a choqué les Américains. L’avion a paralysé le système de contrôle de missiles américain ultra-moderne du destroyer Donald Cook en mer Noire. Après cet incident, 27 membres d’équipage du destroyer ont présenté des rapports de démission.

 

La puissance de l’armée russe s’explique notamment par la technologie SITREP disposant d’un sous-système de calcul spécialisé SVP-24 utilisé par les Forces aérospatiales russes lors des combats. SVP-24 (équivalent du kit JDAM mais monté sur l’avion) compare constamment la position d’un avion et de sa cible en se servant des données du système global de navigation satellitaire russe GLONASS, concurrent du GPS américain, pour conférer à des bombes non guidées, une précision de 3 à 5m de 5000 m d’altitude. Ce système prend également en compte des facteurs comme la pression, l’humidité, la vitesse, l’altitude, la vitesse du vent, la vitesse de l’avion, l’angle d’attaque, et autres. Puis, une bombe est automatiquement larguée et frappe la cible.

Tandis que l’Otan et les Etats-Unis font de grands investissements dans le contrôle total, la Russie cherche à appliquer ses aboutissements techniques pour diminuer ses dépenses, estiment les journalistes de Contra Magazin.

 

05 janvier 2016/  Réseau International

 

http://reseauinternational.net/la-russie-depasse-lotan-grace-a-la-modernisation-de-son-armee/

 

Afficher l'image d'origine 

 

——————————————

 

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

 

 

 

 

Avis des internautes

Autres articles à lire aussi